Memorandums

 514-603-2937

  • Facebook Social Icon
Flowering with blue light spectrum

21 Avril 2018

Can you flower with metal halides? Can you flower with MH? Can you flower with 6400k lights? Can you flower with blue light? Can you flower with cool white light? Many auto-fill Google suggestions clearly show many growers look into the subject every day.

It seems no one has an answer on the net.

The answer is YES, totally, it works, it's been tried and tested, but it affects total yield. It does however have it's charms, it's a technique we have studied deeply and took very seriously, because blue light is very special.

Don't try to adopt this technique if you've already adopted a warm spectrum and already induced flowering, because you can go from blue to red but going the other way will stress and will probably damage some plant cells.

Also, it's harder to induce flowering and special techniques are needed.

Some say plants are used to red spectrums when comes fall, and that it’s more natural and normal that way. Certainly it is. But there is nothing natural about huge indoor monocultures geared towards cranking out lbs either. This technique does have it’s charms, if mastered.

It’s april 21st 2018, enjoy all the nice blue light,

Friendly salutations to fellow growers and patients, from all the Auxilium team.

Alan

Le mildiou et les cultures de Cannabis

9 Février 2018

L'Oïdium, un pathogène fongique commun dans les cultures de cannabis, prospère «dans des températures modérées et dans des environnements relativement secs», un environnement parfait pour les plants de cannabis, et aussi pour ces microorganismes.

De nombreuses affections fongiques profitent des environnements à haut rendement utilisées pour maximiser le produit (modèle de monoculture, Co2 plus élevé, températures modérées, engrais riches en azote en particulier au stade de la végétation, eau fraîche abondante, aérateurs supplémentaires pour les racines, techniques impératives de 18/6 veg et 12-12 flo etc.)

Les plantes adaptées pour une production rapide et précipitée tendent à être vulnérables aux maladies, en raison des températures ambiantes idéales aux deux, et d'autres co-facteurs. Nous comprenons que ces techniques fonctionnent pour augmenter les rendements, mais malheureusement, elles stimulent aussi parfois les agents pathogènes.

Nous étudions ce phénomène depuis 2014 et nous croyons qu’il est important de créer une balance entre quantité et qualité.

Salutations,

 

Alan

Powdery mildew on Cannabis plants

9 Février 2018

Salutations,

Powdery mildew, one of the most common fungal pathogen in cannabis crops, thrives '' in moderate temperatures and relatively dry environments '', a type of environment compatible for both cannabis plants and those pathogens as well.

Many fungal affectations benefit from high-yielding techniques used to maximize plant product (Monoculture pattern, Higher Co2, moderate temperatures, nitrogen-rich fertilizers especially during veg, abundant fresh-to-cool temp water, extra oxygen using aerators for the root blocks, imperative 18/6 veg and 12-12 flo plant critical photoperiod flip techniques etc.)

Plants driven to fast, precipitated production, tend to be vulnerable to disease, ironically, because of the ambient temperatures that are identically suited to both, and other co-factors. We understand these techniques work to boost yields, but unfortunately they also sometimes boost pathogens as well.

This is one of the topics presently studied by Auxilium members.

How to balance yields and hygiene levels in a positive way.

Sincerely,

 

Alan

Votre personnalité en temps que cultivateur est ce qui compte le plus

6 Février 2018

À travers les divers stages d'études sur chantier que j'ai effectué parmi des cultivateurs de Cannabis basés en bonne partie au Québec, j'ai rencontré des gens dévoués, des gens de nationalités et de religions de toutes sortes.

Je n'ai jamais vu une parcelle de violence depuis mes débuts, contrairement à ce qu'on peut parfois entendre dire de ces gens, parfois étiquetés comme étant des criminels de quelque sorte.

Plus important encore, j'ai rencontré des producteurs qui avaient leurs propres personnalités uniques, des patients avec de malheureux symptômes et maladies, des producteurs désignés et des producteurs maintenant licenciés.

Lorsque des producteurs nous appellent avec un problème de contamination dans leurs opérations de culture de cannabis, nous croyons que nous devrions les approcher, et non pas les reprocher.

Nous pouvons comprendre que votre personnalité, votre recette et votre façon de cultiver le cannabis dans certains cas peuvent être considérés comme un patrimoine familial pour vous, pour nommer un exemple comparatif: la recette d'une bière, de père en fils.

Nous remarquons parfois, lors d'inspections sur place, que certains producteurs ont des recettes spécifiques (ex: la fertigation) et des méthodes de culture qui peuvent causer des problèmes de moisissure plus souvent qu'autrement.

Comme nous, Auxilium, sommes là pour expliquer et décrire de manière analytique votre situation de contamination des cultures, pour aider à mieux comprendre et identifier le problème avant de le traiter, nous ne sommes pas le type de scientifiques avec des ordres stricts immédiats à suivre, pas du tout.

En fait, bien que nous puissions évidemment proposer des solutions d'amélioration, et même si requis référer les services d’un Hygiéniste Industriel Certifié, incluant les services d’un phytopathologiste si besoin, nous sommes là principalement pour vous faire savoir quel type de contaminant se cache dans l'ombre de votre salle de culture.

Nous ne croyons pas que donner des ordres techniques et empiriques à exécuter soit la bonne approche avec nos clients. Au contraire nous avons plutôt tendance à expliquer certains beaux aspects de la nature et des faits intéressants que vous et les autres producteurs aurez le privilège d'apprendre avec nous, certaines connaissances provenant de domaines très pointus tels l'aérobiologie.

La lutte contre les moisissures et autres micro-organismes dans les cultures de cannabis est une guerre que nous ne pourrons jamais remporter, nous pouvons seulement l'étudier avec dévouement et espérer que l'effort humain combiné créera un équilibre positif dans les cultures intérieures.

Je crois que tout producteur peut apporter quelque chose de positif à Auxilium et je crois que c'est également le cas pour nous envers les cultivateurs de cannabis. Nous ne pouvons jamais étudier ou en savoir assez. Nous pouvons mutuellement bénéficier de nos deux personalités et connaissances différentes.

Un fait intéressant à retenir, surtout dans les mois suivant le 1er juillet 2018, est que lorsqu'une biomasse humaine se développe ou se densifie dans un pays ou une région spécifique, les pathogènes reliés aux humains tendent à devenir plus virulents. Bientôt la biomasse de cannabis au Canada augmentera aussi, d'une manière ou d'une autre.

Il est pratiquement factuel d'affirmer que les pathogènes du cannabis/contaminants biotiques suivront la même voie, en particulier lorsqu'il s'agit de moisissures et de champignons, dont certains peuvent rapidement muter et d'autres, peuvent devenir très résistants aux fongicides.

Sincères salutations,

 

Alan

Your personality as a grower is what matters most

6 Février 2018

Through the various field studies I did amongst Cannabis growers based largely in Quebec, I only met dedicated people, of nationalities and religions of all kinds. I never witnessed a tiny hint of violence since I started, contrary to the labelling some cannabis growers have been enduring over years.

More importantly, I met growers that had their own unique personalities, some were patients, with their own unfortunate set of symptoms and illnesses, some were Designated Growers and some were applicants that became Licensed Producers. I only met kind people.

When growers call us with a grow room hygiene/contamination problem, we believe we should approach them, not reproach them. We can understand that your personality, your recipe, and your way of growing can be a family passed landmark, to name an example: a beer recipe.

Yet sometimes we notice, upon on-site inspections, that some growers have specific recipes (ex: fertigation) and certain growing methods that may cause mold problems to break out more often than usual.

Our members and partners methodically examine and describe your grow-op contaminants in an analytical way, using microscopy applied to aerobiology, aeroallergen sampling and many more, to correctly identify pathogens before addressing them. As a result we are not composed of scientists that assign immediate strict orders to follow, not at all.

In fact, although we can obviously suggest solutions for improvement, and even refer an on site Certified Industrial Hygienist, including a phytopathologist if needed, we are there primarily to let you know what type of contaminants dwell and lurk in the shadows of your growrooms.

We do not believe in giving out technical and empirical orders in a drastic way when dealing with growers, on the contrary we tend to rather explain certain beautiful aspects of nature and interesting mold facts that you and other growers will have the privilege of knowing, and I promise will never forget.

Fighting mold and other microorganisms in cannabis crops is one war we will never completely win, we can only study it with dedication and hope that combined human effort will create a positive equilibrium in indoor cannabis crops.

I believe any grower can bring something positive to Auxilium and I believe it is likewise for cannabis growers as well. We can never study or know enough. We can both benefit from our personalities.

One interesting fact to be remembered is that when a human biomass expands or densifies itself in a specific country or area, human related pathogens tend to become more virulent, and soon the biomass of cannabis in Canada will expand as well, one way or another.

It’s not far fetched to state that cannabis pathogens/biotic contaminants will follow the same pattern, especially when dealing with molds and Fungi, some which can mutate rapidly, and some simply very tough and resistant altogether.

Sincere salutations,

 

Alan

Un petit laboratoire du Québec

 

30 Décembre 2017

Salutations,

Auxilium Naturalis sera toujours un petit laboratoire familial québécois se spécialisant en Hygiène de Cultures de Cannabis. La taille du laboratoire a très peu d'importance.

La taille importe très peu en termes d'impacts bénéfiques qu'une entreprise ou une organisation peut avoir avec une autre personne ou entité. C’est une question d’efficacité.

Auxilium Naturalis est un petit laboratoire, une combinaison unique d'individus dans des domaines très spécifiques. Nous sommes une combinaison des plus efficaces en ce qui a trait à prévenir et/ou maintenir une bonne hygiène en milieux de cultures intérieures de Cannabis au Québec, Canada.

Nous avons aussi notre personnalité, chose très importante.

La qualité de nos services dans le domaine du dépistage de pathogène, de l'expertise et de l'analyse du cannabis sera toujours définie comme étant la plus qualifiée et la plus adroite qu'offre le Québec.

Qu'il s'agisse de l'analyse du cannabis ou de l'environnement de culture, des tests d'air ambiant, etc. Nous sommes petits, mais sur-certifiés à certains égards. La présidente d'Auxilium Naturalis possède également un autre laboratoire, de petite taille, un Laboratoire de Référence au Québec dans un autre domaine de la microscopie et de la biologie.

Certains, qui nous définissent en tant qu'experts du cannabis, peuvent être choqués par les résultats attendus qu'ils obtiennent à la suite des tests d'échantillons de cannabis, non pas concernant l'efficacité du personnel du laboratoire, mais par les microorganismes pathogènes présents dans leur culture.

Dans la plupart des cas, aux premiers stades du développement, ils sont imperceptibles à l'œil, jusqu'à ce qu'il soit trop tard et que des structures de résistance se forment. Ces structures de résistance deviennent alors perceptibles par l'œil humain.

En d'autres termes, nous sommes là pour vous informer de ce qui se passe dans votre exploitation en termes de contaminants et d'éventuels ravageurs. Nous n'avons pas de plan d'action rapide (ex: moins de 24 heures). Un tel plan n'existe pas , en particulier lorsqu'il s'agit de champignons très tenaces tels que Penicillium.

Aujourd'hui, les monocultures intérieures sont favorisées pour maximiser le rapport pieds carrés/rendement dans la plupart des cas. Et le seul moyen d'obtenir du cannabis libre de pesticides provenant d'une monoculture intérieure de grande surface (susceptibles aux pestes), serait d'implanter une installation de cultivation de Cannabis en Antarctique, où il n'y a pas ou presque de micro-organismes dans l'air environnant extérieur.

L’autre manière serait de consommer un produit irradié.

En ce qui concerne l'irradiation du cannabis séché, il pourrait y avoir d'autres impacts, outre la destruction de précieux terpènes stabilisateurs de l'humeur, produisant un effet d'entourage reconnus et soutenus par les spécialistes. On ne sait jamais.

Notre vision unique de l'avenir des cultivations intérieures de Cannabis est une Polyculture Ergonomique Soigneusement Évaluée. Cette approche a été bâtie d'après nos connaissances respectives. Elle évite aussi de gêner le rendement au pieds carré.

La seule façon d'assurer qu'une Monoculture intérieure de Cannabis reste exempte de micro-organismes nuisibles, c'est de déterminer ce qui habite votre opération de culture par des moyens scientifiques, puis de régler progressivement le problème, en travaillant main dans la main ensemble. Le producteur est aussi important que l'équipe de scientifiques.

La confidentialité sera toujours respectée, et nos services sont non seulement disponibles pour les producteurs désignés et les patients au Canada, mais aussi pour les producteurs licenciés au Canada.

Notre objectif est d'établir des exploitations de culture de cannabis sans parasites au Québec (Canada), pour le bien des consommateurs et des travailleurs et/ou des bénévoles sur place.

Sincèrement,

 

Alan

A small family owned laboratory in Quebec

 

30 Décembre 2017

Salutations,

Auxilium Naturalis will always be a small, family owned Quebec Laboratory specialized in Cannabis Cultivation Hygiene.

Size never matters in terms of beneficial impacts a business or organization can have with another person or entity. It’s all about efficiency.

Auxilium Naturalis is a special, absolutely unique combination of individuals in very specific fields, a fantastic combination of scientists, that are always ready to help growers perfect their crops in terms of hygiene. We certainly have our personality as well, and this is important.

The quality of our services in the field of cannabis testing, expertise and analysis will always be defined as very meticulous. Whether refering to Cannabis analysis or cannabis grow room air tests, etc. We are small, yet over-certified in some aspects.

The president of Auxilium Naturalis also owns another laboratory, that is small in size, yet is a Reference Laboratory in Quebec in another field of microscopy and biology.

Some, who define us as Cannabis testing experts, may be shocked with expected results they obtain following Cannabis sample testing, but it will not be in regards to the efficiency of the laboratory personnel, but towards the microorganisms that dwell inside a grow operation.

In most cases in some stages of development, they are invisible and imperceptible.

In other words, we are there to inform you of what is going on in your grow operation in terms of contaminants and possible pests. It’s not a good idea to wait too long to have cannabis-related analytic tests done, as we do not have emergency 24 hour decontamination plans for our clients, such a plan does not exist to date, especially when dealing with really stubborn Fungi.

The Monoculture method is often applied when growing Cannabis to maximize square foot productibility ratio. By consequent, marijuana indoor monocultures are susceptible to pests and disease.

Some producers irradiate the product. Concerning the irradiation of dried Cannabis, there might be other impacts, besides the destruction of precious mood stabilizing, entourage-effect-producing terpenes, that accompany the process of irradiating Cannabis. We never know.

Our unique vision of the future of Indoor Cannabis Grow-Ops is a carefully evaluated Ergonomic Polyculture. This approach was created upon our culminative knowledge. It also does not impede or hinder the square foot productibility ratio.

The only way to insure an indoor Cannabis Monoculture remain free of harmful microorganisms, is by determining what is inhabiting your grow-operation by scientific means, and then by gradually fixing the problem, by working hand in hand together. The grower is as important as the team of scientists.

Confidentiality will always be respected, and our services are not only available to Designated producers and Patients in Canada, but to Canadian Licensed Producers as well.

Our goal is establishing pest-free Cannabis Grow-Operations in Quebec (and Canada), for the good of consumers, workers and/or volunteers on site.

Sincerely,

 

Alan

Des scientifiques Québécois qui sont là pour vous aider.

 

20 Décembre 2017

Nous sommes des experts en moisissures, champignons et autres pestes retrouvées en milieux de culture de cannabis. Nous sommes basés au Québec.

Nous faisons partie de l’élite spécialisée dans le domaine du Cannabis, notre objectif principal est d'identifier les pathogènes présents dans votre culture, au moyen de prélèvements d'air, d'échantillonnage de surfaces, par la microscopie dans le domaine de l'aérobiologie, pour identifier quels types de contaminants vous causent des problèmes.

Souvent ces microorganismes s'adaptent à votre environnement et il en devient plus difficile de s'en débarrasser par après. Mais ce n'est pas grave. nous sommes là peu importe la situation et vous pouvez compter sur nous.

Nous sommes un lien entre les producteurs de marijuana et les scientifiques spécialisés du Québec et vous pouvez toujours nous appeler si vous avez besoin d'aide. Notre mission quotidienne consiste à veiller à ce que les producteurs de cannabis du Québec et du Canada (qui possèdent les permis appropriés, tels que les Producteurs Désignés et autres) possèdent un établissement de production de cannabis ou une serre exempts de pathogènes le plus possible.

Plusieurs cultivateurs de marijuana au Québec ont des problèmes de mildiou, des problèmes de pithium, la pourriture des bourgeons ou bud rot (botrytis cinerea), le penicillium est commun aussi. Nous avons une abondante flore fongique au Québec et ceci est un facteur contribuant.

Ce n'est pas souvent la faute du cultivateur, mais plutôt à cause du modèle de monoculture de plantes, connu dans le monde entier comme étant très sensible au mildiou et à d'autres pathogènes fongiques, ainsi qu'aux problèmes concernant les insectes. Auxilium est là pour une seule raison: déterminer ce qui se passe dans les installations de culture de nos clients, peu importe leur taille.

Si, par exemple, il semble y avoir un problème lié aux moisissures dans votre culture de cannabis, nous sommes simplement là pour décrire et expliquer quel type de pathogène il s’agit et ce que cela peut entraîner comme conséquences sur vos récoltes.

En sachant quel type de champignon se trouve sur les plantes et, dans la plupart des cas, quel sous-type de champignon, le producteur peut alors décider de choisir le bon fongicide pour ses cultures, par exemple. Nous émettrons également des recommandations sur la façon de contrôler et de «diminuer» la présence de ces pathogènes.

Nous sommes des spécialistes de la moisissure reliée au cannabis au Québec, nous sommes actifs à Montréal et dans les régions avoisinantes et dans les cas les plus importants (cela s'est déjà produit dans le passé) dans le reste du Canada.

Nous sommes bienveillants et vous pouvez nous contacter à tout moment. Il est difficile de trouver des experts certifiés en matière de moisissure au Québec et au Canada simplement parce que les mycologues sont rares. Nous avons une biologiste Certifiée par le PAACB, en microscopie appliquée à l'aérobiologie. Elle fût la première biologiste canadienne à être certifiée par le PAACB au Canada. C’est une biologiste réputée, ouverte d'esprit qui se soucie de la santé de tous les humains, y compris vous.

Si vous êtes un futur producteur licencié et que vous avez des préoccupations de dernière minute pendant le processus de demande, ou bien un Producteur Désigné et que vous souhaitez vous assurer de bonne foi que les produits destinés de son patient ne sont pas contaminés, commencez par savoir d'abord:

Qu'y a-t-il dans votre salle de culture et qu'est-ce qui se passe dans votre installation de culture? Une fois que nous déterminons et identifions les problèmes, nous pouvons alors consulter et référer nos clients aux meilleurs spécialistes pour mettre en œuvre un plan de lutte contre les contaminants biotiques dans leurs opérations de culture.

Nous sommes spécialistes des contaminants de la culture du cannabis au Québec et nous sommes là pour vous aider. Tous les cas sont traités avec confidentialité. Nous sommes le lien entre les producteurs et les scientifiques du Québec depuis le 14 février 2014.

Les problèmes de moisissure et de champignons, les spidermites et autres parasites et/ou les microorganismes pathogènes dans les cultures sont difficiles à prédire et à contrôler car la plupart des cultivateurs utilisent la méthode Monoculture et essaient de maximiser la production du pieds carré.

Auxilium possède un bagage scientifique vaste et spécialisé et assure des changements positifs pour le mieux dans les cultures de cannabis du Québec, que ce soit en conçevant des polycultures ergonomiques personnalisées qui résistent mieux aux parasites de toutes sortes ou en identifiant les moisissures et leur prolifération (site et/ou source).

Nous offrons divers services, dans le domaine de la microscopie, la mycologie et l'aérobiologie. Nous pouvons aider les gens en ce qui a trait à la prévention des poussières et particules aéroportées nuisibles, nous avons un spécialiste de la ventilation industrielle de référence et pouvons référer un Hygiéniste Industriel Certifié pour inspecter votre endroit de culture. Nous avons aussi un excellent avocat, Me. Gabriel Ménard que nous considérons aussi important que tous les autres membres d’Auxilium.

Nous avons notre fournisseur de matériaux de laboratoire et de matériaux hygiéniques spéciaux, et bien d'autres, tous travaillant en symbiose vers le même but. Nous sommes une équipe scientifique diversifiée dévouée à aider les producteurs à lutter contre les contaminants biotiques (et parfois abiotiques) et les parasites de leurs salles de culture de cannabis.

Nous avons également un travailleur social parmi nous pour notre «projet pilote de réintégration sociale» qui pourrait éventuellement aider les canadiens en orientant les producteurs du marché noir sur la bonne voie au lieu d'envoyer les cultivateurs illégaux en prison.

Nous pouvons également inspecter votre installation de culture et offrir des conseils si un producteur souhaite se conformer à la réglementation de la CNESST du Québec s’il y a des travailleurs sur les lieux.

Nous sommes des spécialistes de l'hygiène de culture de cannabis intérieure au Québec et nous sommes là pour aider les producteurs de marijuana à maximiser leurs récoltes de façon positive et bienveillante. Nos bureaux sont basés dans les régions de Montréal et de Vaudreuil.

Salutations,

Alan

We are Auxilium, Cannabis grow-op contaminant specialists in Québec

 

20 Décembre 2017

What is Auxilium Naturalis?

Auxilium Naturalis, known in Quebec as Auxilium, is a group of individuals, many with scientific backgrounds, who specialize themselves in Cannabis Monoculture Hygiene Methods and Innovations.

We are cannabis grow-room pest and contaminant experts. We are based in Quebec. Some call us Cannabis pathogen experts or ‘cannabis doctors’, but our main goal is rather to identify what is going on in your grow-op or grow room(s), by means of air tests, surface sampling, microscopy in the field of aerobiology, to identify what type of pathogen is causing problems.

We are a link between Marijuana growers and specialized scientists in Quebec and you are always welcome to call us if you need help.

Our everyday mission is to ensure Quebec and Canadian Cannabis growers (who have the appropriate licences such as DG’s and etc.), have a contaminant and pathogen-free Cannabis producing facility or greenhouse.

 

Our goal.

Many marijuana growers get mildew problems, pithium problems, bud rot (botrytis cinerea), penicillium is common as well, some problems relate to the infrastructures themselves, spidermites and many others. It is not often the grower's fault, but more because of the Monoculture pattern, which is known worldwide as being very prone to mildew and other fungal pathogens, as well as problems concerning insects.

Auxilium is there for only one reason: to determine what is going on in our client’s grow-ops, regardless of size.

If for example there seems to be a fungus-related problem in your cannabis grow-op, we are simply there to describe and explain which type of pathogen it is, and what is happening. By knowing what type of fungus is on the plants, and in most cases what sub-type of fungus the grower is dealing with, the grower may then decide to choose the right spray for their crops, as an example. But we will also emit recommendations on how to control and 'subdue' the pathogen slowly, whatever the pathogen may be.

We are cannabis mold specialists in Quebec, we are active in Montreal and surrounding regions and in major cases (it has happened in the past) the rest of Canada. We are benevolent and you may contact us any time.

Certified marijuana mold experts in Quebec and Canada can be hard to find simply because Mycologists are rare. One of our members is a biologist Certified by the PAACB, in microscopy applied to Aerobiology. She was the first Canadian Biologist to be Certified by the PAACB in Canada. She is a reputed, open-minded Biologist who only dearly cares about the health of all humans, including you.

Whether you are a Licensed Producer applicant who has last minute concerns during the application process, whether you are a Designated Grower who simply wants to make sure in good faith that his patient's medicine is uncontaminated, it always starts by knowing first off:

What's in your grow room, and what's happening in your grow-op. Once we determine and identify the problems, we can then consult and refer our clients to the finest specialists to implement a plan to fight back pests in their grow-op(s).

We are Cannabis grow-op contaminant specialists in Quebec, and we are there to help you. All cases are treated with confidentiality. We are the link between growers and scientists in Quebec since february 14th 2014.

Mildew and fungus problems, spidermites and other pests & pathogens in grow ops, are hard to predict and control because most growers use the Monoculture method and try to maximize square foot production in some cases.

But Auxilium has such a vast and specialized scientific baggage and ensures positive changes for the better in Quebec grow ops and Canada grow ops, whether by designing custom ergonomic polycultures that better resist pests of all kinds or by identiying sources of mold and mildew and their proliferation sites or sources.

 

Our vision

Our vision is simple. Such is our aphorism; Modicum Valere Omnia: A moderate amount of everything. We offer various Certified services in the field of microscopy, mycology, aerobiology, prevention of harmful airborne dusts and particulates, biology and plant science, we have a journalist and writer, a specialist in industrial ventilation and also our excellent attorney Me. Gabriel Ménard.

We have our supplier of laboratory materials and special hygienic materials, and so many more, all working symbiotically in the same company. We are a diversified scientific team devoted in helping growers fight off biotic (and sometimes abiotic) contaminants and pests from their Cannabis Grow rooms.

We also have a social worker among us for our "social reintegration pilot project" which could help canadians eventually, by orienting black market growers back on track instead of sending illegal growers to jail.

 

Function & Social Impact of Auxilium.

The beneficial effect of Auxilium and the relative social impacts are enormous in Quebec and Canada. Auxilium operates as a third party. Our function is to ensure;

Firstly; That growers are not in danger themselves in their own growing environment and that the product intended for consumers does not represent any form of danger to them besides the expected, normal exposure to Cannabis consumption. These hazards can be fungal in nature, from various microorganisms or heavy pesticide and fungicide residues etc.

Secondly; We make sure there is a good relationship between those who do not like Cannabis and those who use Cannabis in Quebec. Auxilium ensures there is a good hygiene program to prevent any form of unpleasant odours from travelling outdoors involuntarily, and possibly preventing mold infestations in the case of a semi-detached immovable.

In third place; An excellent relationship between the cultivators and the authorities (ex: politicians, city authorities) and make them work together.

We can also inspect your grow-op and offer advice if a grower would like to conform to Quebec CNESST regulations.

We are grow-op contamination specialists and we are there to help Marijuana growers maximize their crops in every positive way and we operate in the province of Quebec. We are based in the Montreal and Vaudreuil regions.

Thank you to all our past, present and future clients and partners, sincerely.

Alan

Mémorandum vidéo et rétrospective de l'année 2017-
Video memorandum and retrospective for the year 2017

 

9 Décembre 2017

This is a video memorandum and retrospective for the year 2017 - Mémorandum et rétrospective de l'année 2017. Merci à tous nos clients et partenaires, aux authorités, aux politiciens de ma région, à mon avocat, à mes agents de la Croix-Rouge Canadienne et bien sûr, merci à l'Équipe Auxilium Naturalis pour leurs efforts! Ceci ne fait que commencer, ce n'est qu'un début.

A perspective on fertilizers and Cannabis plant nutrition

10 Novembre 2017

Greetings,

Every marijuana grower has their personality and that's important. Every cannabis farmer, whether directly or indirectly, reflects a bit of their mind on their marijuana plants. Some growers also often compare plants to humans. 'My plants are thirsty, my plants are in shock, etc.’

This is true in a way, because humans and plants are similar, but in my opinion it is necessary to consider Liebig's law. This principle is very simple, and similar to the aphorism of our company, Auxilium Naturalis: 'a little bit of everything'.

This principle states that the yield of a crop is limited by the nutrients that are first missing, not by the amount of fertilizer that one would like to force-feed their plants, including Cannabis, a vascular plant.

For example: A bodybuilder can gorge on protein all day long and eat fat-free food, but what will happen with fat-soluble micronutrients? Without fat, certain life-essential nutrients cannot be assimilated by the system.

Some Olympic athletes eat a lot more fat than we could possibly imagine, such as Usain Bolt, who in 2008, ate more than 1,000 McDonald's Chicken McNuggets with fries and all, in 10 days. During this period he won the gold medal.

While the people who read this article about Usain Bolt (which I put in attachment in the comments section) might be surprised, biologists on the other hand, are not surprised.

Feeding low-fat food to an athlete such as Usain Bolt during competition, would be like trying to put regular fuel in an 8000 hp nitro-methane engine, it would not work.

If Usain Bolt would’ve eaten fresh salad and diet soda during that same period, he would not have won the Gold medal. Fat is like sugar, rich in energy. Fat is as important as proteins, both macronutrients in humans. Yet fat is not generally considered good for you, judging by the popularity of diet food.

Both in human nutrition and plant nutrition there is a mix of opinions, rumors and facts. Using a moderate amount of nutrients unless special co-factors arise, is factually the best and safest way to go.

But how to properly dose/measure fertilizers? Read the label, respect PPM level & ph and simply use as directed? How do we know the proportions and characteristics, of the marijuana plant of which the dosage proposed by the manufacturer is designed for?

To compare humans in a similar way, which size, sex and age of humans, are Health Canada's suggested nutrition daily intake labels (in %) based on? A 20 year old, 240 lbs. lumberjack impatiently waiting for lunchtime? Or a 90 year old, 120 lbs. philosopher?

It is possible that with some co-factors a plant needs a lot more nutrients than the usual at times (like when Usain Bolt runs at full speed), but in medicine as well as in phytopathology and botany, the best nutrition possible will always be: a little bit of everything.

So, dear Cannabis growers from Quebec, Canada, and everywhere else in the world, join this perspective to your knowledge, join your personality, and make sure you give those plants your 'little bit of everything'.

Sincerely,

Alan

Une perspective sur les produits fertilisants et la nutrition des plants de Cannabis.

 

10 Novembre 2017

Salutations,

Chaque cultivateur a sa personalité et c’est important. Chaque cultivateur, de manière directe ou indirecte, reflète un peu son état d’esprit sur ses plants de marijuana. Les cultivateurs comparent aussi souvent les plantes aux humains. ‘ Mes plantes ont soif, mes plantes ont chaud etc. ‘.

C’est bien d’une certaine manière, parce que les humains et les plantes sont similaires, mais par contre il faut selon moi considérer la loi de Liebig. Ce principe est bien simple, et similaire à l’aphorisme d’Auxilium Naturalis, ‘ un peu de tout ’.

Ce principe décrit que le rendement d'une culture se limite par les éléments fertilisants qui viennent à manquer en premier, non pas par la quantité de fertilisants que l’on voudrait empiffrer à des plantes, incluant certainement le Cannabis, une plante vasculaire.

En exemple: Un bodybuilder peut se gaver de protéines à la journée longue et manger sans gras, mais qu’arrivera t’il aux micronutriments liposolubles? Sans gras, elles ne peuvent être assimilées par le système.

Certains athlètes olympiques, eux, mangent beaucoup plus gras que vous ne pourriez l’imaginer, tel Usain Bolt, qui en 2008, mangea plus de 1000 McCroquettes de McDonald’s avec frites et etc. en 10 jours. Il gagna durant cette période la médaille d’Or.

Alors que les gens qui ont lu cet article sur Usain Bolt (que j’ai mis en attachement dans la section commentaires) pourraient être étonnés, les biologistes eux, ne le sont pas. Donner à un athlète en période de compétition des aliments faibles en gras, serait comme pomper du carburant régulier dans un moteur au nitro-méthane de 8000 hp, ça ne fonctionnerait pas.

Si Usain Bolt aurait seulement mangé des salades en buvant des eaux gazeuses, il n’aurait pas gagné cette médaille. Le gras est comme le sucre, riche en énergie. Les gras sont aussi importants que les protéines, ce sont des macronutriments chez l’humain.

Mais les gens perçoivent le gras comme étant néfaste pour la santé en général, vu la prédominance de la nourriture diète. Certains aussi disent qu’il y a des bons gras et des mauvais, alors qu’on pourrait consommer les deux types avec modération tout simplement.

Tant dans la nutrition humaine que la nutrition des plantes, il y a un mélange d'opinions, de rumeurs, et de faits. L'utilisation d'une quantité modérée de nutriments essentiels, à moins que des co-facteurs spéciaux ne se présentent, est à mon avis toujours la meilleure manière de nourrir ses plantes.

Comment doser tel ou tel fertilisant? En lisant l’étiquette, en respectant les PPMs, le ph et les ratios tout simplement? Réellement, comment peut-on savoir à quelle plante s’adresse le dosage proposé par le manufacturier?

C’est un peu comme lorsqu’on lit l’étiquette de nutrition décrivant les apports quotidiens (en %) de Santé Canada sur les boîtes d’aliments que l’on achète au supermarché. À quel être humain cette étiquette d’adresse t’elle? Un jeune bûcheron de 240 lbs. qui attends impatiemment l’heure du midi ou un vieux philosophe de 120 lbs. ?

Il est possible qu’avec certains co-facteurs une plante ait besoin de beaucoup plus de nutriments que l’habituel temporairement (comme lorsque Usain Bolt cours à toutes jambes), mais en médecine autant qu’en phytopathologie et en botanie, la meilleure nutrition possible sera toujours: un peu de tout.

Donc, chers cultivateurs de Cannabis Québécois, Canadiens, et ailleurs dans le monde, joignez cette perspective à vos connaissances, joignez-y votre personnalité, et assurez-vous de donner à vos plantes votre ‘ petit peu de tout’.

Sincèrement,

Alan

A study based on grower search engine queries relating to Cannabis Hygiene.

 

8 Novembre 2017

Salutations,

We are Auxilium Naturalis, we specialize in Cannabis Hygiene, with some of our services offered throughout all of Canada, our goal is to help growers keep their cultivation rooms and environments free of pathogens and contaminants as much as possible.

I have verified search engine queries for many terms that a person/grower would type on a search engine in order to find answers to their Cannabis grow room cleaning problems concerning mold and mildew in grow rooms, one of the worse pathogens a grower can have in grow-ops, and getting ‘rid’ of pathogens, etc.

I obtained results from search engines that were various, for example by typing ‘cannabis mold’ I obtained further suggested additional words (by the search engine), that were in the following orders:

I typed ‘Cannabis mold’ and was suggested Cannabis mold spray, then Cannabis mold on bud, followed by Cannabis mold prevention, which inspired me for a moment on the specialized company I co-founded, (because I know many growers always do their best and study), then came Cannabis mold on soil, followed by Cannabis mold removal, some people typed Cannabis mold resistant strain, (that’s efficient at first but a dangerous gamble over time).

In the list came Cannabis mold cure, first to last came Cannabis mold smell, which may refer to an individual trying to determine if his Cannabis is covered in heavy mold and/or mildew or not by smell, and finally came Cannabis mold microscope, to my great surprise.

As I continued my research on what terms might have been written on search engines by growers, I also was suggested: ‘ how to clean up after powdery mildew ‘ followed by this similiarly constructed sentence ‘ how long do powdery mildew spores live ‘.

Then in a close variant the results gave me ‘ how to clean grow room after powdery mildew ‘ and in fourth position came ‘ how to get rid of powdery mildew in grow room ‘.

Some people typed ‘ how to clean your grow room after harvesting ‘ which goes to show that some growers might only clean after harvest, or not. I’m sure it’s a bit of both in reality. Some growers simply typed ‘ how to clean my grow room ’, a simple question. I then got ‘ how to clean a pollinated grow room ‘. Growers know what this means, but since it is not related to hygiene, I cannot emit an opinion, although I have an idea on how to approach the situation.

Some growers typed ‘ How to clean a carbon filter for grow room ’ (this is an easy one, toss it in the garbage and purchase another one.)

Some more prevention-oriented growers simply typed ‘ How to keep grow room clean’ instead of ‘ How to clean grow room’ and it is a better approach.

Cannabis mold contamination seems to be vast based on the results I obtained from the G00gle search engine.

Switching from an indoor cannabis monoculture to an indoor polyculture, ergonomical and well designed, is a great way to reduce pathogens within crops.

 

Sincerely,

 

Alan McDonell-Leclaire

Analyzing your outdoor environment to understand your indoor environment.

 

23 octobre 2017

Salutations,

What is outdoors will be indoors.

The mold and mildew on leaves that glows shiny white when a grower peaks with a blacklight in a grow room, or the green algae in grow buckets that just won’t come off, or the yeasts thriving in a cultivator’s plastic piping and irrigation system, it mostly comes from outdoors.

When potential crop pathogens are outdoors (such as around the building you grow in), they are constantly battling and fighting other microorganisms.

They are surviving.

If for example Oidium mildew is present on plants surrounding your building outdoors, it has to survive damaging UV rays, contact with other bacteria, yeasts, algae and many more. It is ecologically controlled.

However when their spores enter your building, they enter a beautiful, constant, repetitive, and vulnerable free lunch. Monocultures, regardless of strain and plant resistance, regardless of type of plant, are always vulnerable to pests and pathogens.

Parasitic Fungi only have to adapt to one type of plant, and worse, most of the time the plants come from clones which makes it even easier for pathogens to dominate their hosts.

Small things can trigger a mildew problem.

This is why we have been building and compiling many studies concerning polycultures and endophytes, the key to fighting crop pathogens that have been pledging growers for such a long time. Many of these principles are virtually costless, yet so efficient.

What the naked eye cannot see, Auxilium can see. We are there to help.

Thank you to all my family, friends, members, interns and participants.

Sincerely,

Alan

Addressed to Quebec Cannabis growers.

22 octobre 2017

Salutations,

Whether you are a designated producer, a licensed producer or a citizen who will be exercising growing rights as of July 1, 2018, here's how we can help you gain credibility, professionalism and unparalleled plausibility while helping to achieve exemplary Cannabis cultivation indoors.

The purpose of this is to entrust that the recipients receive cannabis with the lowest possible amounts of harmful contaminants, whether biotic or abiotic. By contacting Auxilium as a grower, you are benevolently gearing yourself towards lowering the presence of harmful elements on product, whether biotic or abiotic, working hand in hand with specialized scientists as well as dedicated student interns.

We offer a variety of services related to the application of hygiene in an indoor cannabis crop. By doing an air sampling test and microscopic analysis of the sample(s), we can identify what microorganisms dwell in your environment, and we can help you plan what needs to be modified to help the situation.

We can also make sure that the people in the growing environment are in a good environment, a safe environment for their health. This is a pledge of good faith on your part and we encourage this positive spirit.

We can estimate certain costs related to the implementation of a hygiene routine and special treatments to control a problem related to pathogens, for example: mites, mildew, mold, and mushrooms like pithium. This is to ensure that recipients will receive a product with as few pathogens as possible.

We can verify the fertilizers and pesticides used and make sure that the consignees will not receive a tainted product resulting from involuntary contamination, which can cause health problems immediately or sometimes later on. This is a pledge of good faith on your part and we encourage this positive spirit.

There are several good reasons to contact an open-minded and professional scientific team, focused on preventing the harmful elements that can be found in the Cannabis that is produced, which just like any prescription drug or alcohol and cigarettes, can unfortunately end up in the hands of immunocompromised people or worse, minors.

If you ensure that your Cannabis is produced as hygienically as possible, it is an irrefutable pledge of good faith on your part to patients and consumers.

In order to demonstrate our vision and spirit, and to demonstrate our good faith as well, Auxilium Naturalis, as promised, is committed to donating a percentage of amounts to be received for services rendered, to the grower’s regional General Hospital and our Red Cross agent.

Sincere salutations,

 

Alan McDonell-Leclaire.

Ceci s’adresse aux cultivateurs de Cannabis Québécois.

 

22 octobre 2017

Bonjour,

Que vous soyez un producteur désigné, un producteur licencié ou un citoyen qui exercera son droit à partir du 1er Juillet 2018, voici la manière dont nous pouvons vous aider à gagner une crédibilité, un professionalisme et une plausibilité sans pareil tout en aidant à avoir une culture exemplaire.

Ceci a pour but de jurer que les destinataires, peu importe qui, reçoivent du cannabis produit par une personne qui a du coeur au ventre de bien vouloir offrir un produit le plus sain possible, en travaillant main dans la main avec des scientifiques spécialisés et parfois même des phytopathologistes, si besoin, ainsi que des étudiants stagiaires dévoués.

Nous offrons une panoplie de services reliés au perfectionnement d’une culture de cannabis intérieure. En faisant des tests d’air et des analyses microscopiques, vous pouvez savoir ce qu’il y a dans votre environnement intérieur (exemple: spores de moisissures), donc vous pouvez identifier des points à considérer, comme par exemple vous assurer que les gens sur les lieux d’un environnement de culture soient dans un envionnement sain pour eux mêmes, le plus possible. Ceci est un gage de bonne foi de votre part et nous encourageons cet esprit positif.

Vous pouvez faire estimer certains coûts reliés à la mise en place d’une routine d’hygiène et de traitements spéciaux pour contrôler un problème de pathogènes, exemple: mites, mildou, moisissures, et champignons comme le pithium. Ceci a pour but de vous assurer que les destinataires recevront un produit avec le moins de pathogènes possibles. Ceci est un gage de bonne foi de votre part et nous encourageons cet esprit positif.

Nous pouvons faire la vérification des engrais et des pesticides que vous employez et nous assurer que les destinaires ne recevront pas un produit dangereux, pouvant causer des problèmes à plus long terme. Ceci est un gage de bonne foi de votre part et nous encourageons cet esprit positif.

Il y a plusieurs bonnes raisons de contacter une équipe scientifique ouverte d’esprit et professionnelle, orientée vers la prévention des éléments néfastes qui peuvent se retrouver dans le Cannabis que vous produisez, qui tout comme n’importe quel médicament de prescription, l’alcool et les cigarettes, peut malheureusement se retrouver dans les mains de gens immunodéprimés ou pire, des mineurs.

Si vous vous assurez que votre Cannabis est produit le plus hygiéniquement possible, c’est un gage de bonne foi irréfutable de votre part envers les patients et consommateurs.

Afin de démontrer notre vision et notre esprit, et afin de démontrer à quel point nous prenons au sérieux la bonne foi, Auxilium Naturalis, tel que promis, s’engage à remettre un pourcentage des sommes que nous recevrons pour nos services à l’Hôpital général de la région du cultivateur et à notre agente de la Croix-Rouge.

Bien à vous,

Alan McDonell-Leclaire.

Le Cannabis, un patrimoine Québécois.

14 septembre 2017

Selon moi, opinio mea, Alan McDonell-Leclaire,

Le Cannabis devrait être considéré comme rien de moins qu’un héritage par les Québécois. la manière dont nous aborderons la légalisation et ses impacts, reflétera directement le genre de peuple que nous sommes.

Selon moi, le Cannabis est un Patrimoine Québécois. Nous sommes connus mondialement pour certaines variétés créées au Québec. Dans les années 90 il y eu le Québec Gold et le Freezeland adapté du Friesland des Pays-Bas, plus tard il y eut le Jean-Guy, tous sont des variétés bien connues mondialement.

Nous sommes connus au Québec pour nos produits, nos innovations culinaires, comme par exemple la Poutine, maintenant populaire à travers le Canada en entier, une partie des États-Unis, et adoptée par toutes les grandes franchises. Nous sommes connus mondialement pour la qualité et le persillage de nos viandes d’élevage comme le porc et l’agneau, nos pommes, nos fromages, et tant d’autres.

Mais surtout, nous sommes connus par les autres nations comme étant des gens qui ont du caractère. Nous sommes un peuple fier, brave, et franc.

Le Cannabis monte en popularité. Ceci est un phénomène mondial. Nous ne devons pas avoir peur du phénomène de la Légalisation mais plutôt bien l’étudier. Nous ne devons pas nous fier aux décisions des autres provinces mais avoir notre propre approche. C’est d’ailleurs ce qui va se produire.

Une chose est sûre: Peu importe si des détecteurs de THC pour les automobilistes seront utilisés par les policiers ou non, peu importe si l’âge requis pour consommer du Cannabis est de 18 ou bien de 25 ans, les Québécois vont vouloir un Cannabis propre et libre de contaminants, libre de pesticides, et libre de pathogènes le plus possible.

Les Québécois veulent, en mon opinion, des produits bios, et faits avec amour.

Et en ce qui concerne les jeunes Québécois et les dangers reliés à la consommation de Cannabis, aucune loi ne peut équivaloir ou remplacer l’amour d’un parent, nos responsabilités, l’attention, et l’écoute que l’on porte à nos enfants. 

Salutations,

 

Alan McDonell-Leclaire.

 Opiacés, Opioïdes, Cannabis au “THC élevé”: drogues étiquetées. 

 

18 août 2017

Lorsqu'un individu se blesse sérieusement, ou lorsqu’une personne souffre de douleurs très intenses, autant le patient que les médecins sont heureux que les opiacés, et les opioïdes incluant le fentanyl soient disponibles, afin de soulager une douleur extrême qui bien souvent s’installe pour un certain temps.

Un autre exemple surprenant, concernant l’usage des drogues, est celui où lorsqu’une personne qui abuse de la cocaïne a besoin d’une opération bucconasale, les chirurgiens spécialisés exigent le même principe actif - le chlorhydrate de cocaïne – pour traiter le patient pendant l'opération.

Il n'existe pas de mauvaises drogues. Il n'y a qu'une mauvaise utilisation de ces drogues. Il est important de comprendre, comme le démontre l’exemple plus haut, que les drogues, lorsqu'elles sont utilisées de façon honnête et de bonne foi, sont utiles.

Même dans le cas où une personne emploierait des drogues illicitement, en désespoir de cause, à mon avis, cela ne signifie peut-être pas automatiquement que la personne fait quelque chose de mal physiologiquement parlant, car parfois, la consommation illicite d'un médicament peut être prescrite par un médecin par la suite, et ce à la même dose.

Le mauvais usage de la drogue est très, très dangereux. Il y a toujours une possibilité que la personne puisse avoir une réaction violente à n'importe quelle quantité de composés qu’elle ingèrera. Toutefois, comme bien souvent on ne peut empêcher une personne de faire ce qu’elle a décidé de faire, la meilleure recommandation que l’on peut lui dire – mis à part celle de ne pas consommer de médicaments illicites – est de demander à son pharmacien les conséquences possibles, avant de consommer.

Il en va de même pour le cannabis. Si quelqu'un qui n'a pas de tolérance au cannabis en consomme des quantités élevées, il souffrira fort probablement d’un épisode de psychose avec hallucinations et un taux d’anxiété insupportable. Et même s'il est presque impossible que le cannabis porte gravement atteinte à quelqu'un, pendant l'épisode de psychose, de nombreux incidents malencontreux peuvent se produire.

Vous ne pouvez pas blâmer les politiciens, parce qu'ils basent leurs décisions sur les rapports de psychose des hôpitaux et etc., qui ensuite expliquent les symptômes venant de fortes quantités de THC dans le flux sanguin. Ensuite, les souches élevées en THC sont étiquetées. À mon avis, le contraire est défavorable. Les souches composites faibles, que ce soit CBD ou THC, etc. sont pires à mon avis. J’explique pourquoi.

Si une personne consomme du cannabis de haute qualité (forte concentration) en THC et qu’elle en inspire une petite quantité, cela sera beaucoup moins nuisible que si elle fume une demi-once de cannabis avec une faible concentration de THC, et ce, pour obtenir les mêmes résultats souhaités. Quant au goudron inhalé par la combustion des fibres de la plante de cannabis, il est excrété assez facilement, mais quand même néfaste pour la santé.

À ce propos, il faut savoir que beaucoup d'autres composés malsains sont issus de la combustion de fibres végétales en général, incluant même par exemple, le persil.

Et personne n’oblige quiconque à surconsommer du cannabis puissant de toute façon.

Cette logique n'est-elle pas logique? Les gens ne chercheront pas du cannabis avec un effet à peine perceptible, en particulier au prix pour lequel il sera vendu, le 1er juillet 2018.

Pourtant, le gouvernement provincial a déclaré publiquement plusieurs fois que le cannabis avec un faible taux de THC est une meilleure option et moins dangereux.

Il n'y a pas de mauvaise drogue, seulement une mauvaise utilisation.

Soyons logiques, soyons intelligents.

Alan

Vrai ou faux : cultiver seulement 4 plants ne nuira pas à votre maison?

 

18 août 2017

Dans certains cas 4 plantes ne nuiront pas à votre immeuble. Ceci dépends de plusieurs facteurs.

Quatre plantes vasculaires telles que le cannabis peut s’avérer suffisant pour créer un problème grave dans votre condo ou votre maison, surtout lorsque vos plantes adorent les conditions de croissance dans lesquelles elles grandissent.

En effet, les plantes vasculaires telles que le cannabis rejettent dans l’air ambiant jusqu'à 90 % de l'eau qu’elles absorbent par leurs racines. Ce qui influence le taux d’humidité à la hausse avec les conséquences que l’on connait, tels les moisissures etc.

Certaines personnes parlent de machines qui feraient pousser une plante pour eux, leur évitant ainsi tout le travail. Bien sûr, cela pourra fonctionner, surtout si leurs intentions sont basées sur la facilité et qu’ils ne désirent pas apprendre sur la culture du cannabis. C’est une bonne porte de sortie.

Mais cela ne règle pas le problème d’humidité. Certains disent qu’ils feront pousser leurs plants à l’extérieur pour ne pas endommager leur habitation. Toutefois, quand viendra l’hiver, plusieurs décideront de maximiser le rendement en faisant une culture intérieure. Et le problème d’humidité et toutes ses conséquences referont surface.

Si la moisissure et les spores de moisissure décident qu'ils aiment un certain environnement, les antifongiques, les fongicides et les fongistatiques devront être utilisés pour les éliminer. Bien sûr cela aidera pendant un certain temps jusqu'à ce que les moisissures qui ont résisté mutent et poursuivent leur chemin.

En 2018, avec l'énorme sélection de cannabis que les producteurs et les artisans produiront, les fruits et produits du cannabis contenant des résidus de pesticides ou contaminés (ex: moisissure) seront les moins populaires.

Salutations à tous,

Alan

La culture du cannabis est elle néfaste pour un immeuble?

 

18 août 2017

En tant qu'ex courtier immobilier, je peux garantir que les moisissures et autres pathogènes liés à la culture du cannabis intérieur peuvent avoir un effet négatif sur nos immeubles.

Pendant que de nombreuses personnes sont toujours centrées sur l'impact social du cannabis, l’équipe Auxilium, quant à elle, s’est plutôt concentrée, au cours des quatre dernières années, à étudier les conséquences et autres facteurs de la culture du cannabis effectuée à l’intérieur de bâtiments.

Ainsi, nous pouvons dire qu’il n'y a pas de mal à cultiver du cannabis à l'intérieur d'une maison, tant que certaines mesures d'hygiène, parfois drastiques, mais qui valent vraiment la peine, sont prises.

Chez Auxilium Naturalis, nous nous spécialisons en méthodes et innovations reliées à l'hygiène de monocultures de cannabis et nous sommes soucieux de partager avec la population nos connaissances sur différents sujets en lien avec la cultivation intérieure de plantes.

L'impact économique de la présence de pathogènes liés à la culture du cannabis peut avoir un effet négatif sur le marché de l'immobilier. Un exemple est lorsqu’un cultivateur utilise des pesticides. Les pathogènes s’habituent assez rapidement aux pesticides, aux fongicides, aux insecticides, aux ovicides et aux acaricides etc. Ils ont tendance à réagir de la même manière qu’ils sont traités.

Ce qui signifie, par exemple, que pour se défendre d’un produit chimique, un pathogène présent dans une salle de cultivation de Cannabis dans un immeuble, tentera d’inciter les quelques microorganismes qui ont résisté à muter pour survivre et deviendront plus virulents au fil du temps. Ceci explique d’ailleurs pourquoi de nombreux pesticides portent une clause de non-responsabilité.

Cela pourrait nuire à l’immeuble (et à ses occupants), et donc nuire à sa valeur. Cependant, je suis d'avis que les biocides naturels et synthétiques ainsi que les engrais naturels et artificiels pourraient être utilisés dans la monoculture du cannabis, car ce n'est pas ce que vous utilisez qui est important, mais plutôt votre façon d’utiliser un de ces produits. Un peu de tout …mais attention à la méthode.

Amicalement,

Alan

Cannabis cultivation, related pathogens and it’s effect on the real estate market

7 août 2017

Dear growers, dear patients, future recreational users and authorities,

As an ex-realtor, I can guarantee mould and other Cannabis cultivation-related pathogens have an effect on immovables, to a point where, clause D13.7 became mandatory in the OACIQ paperwork that brokers use in Quebec.

The economical impact that Pathogens related to Cannabis cultivation will have on the real estate market, could be negative. However, there is nothing wrong with cultivating Cannabis inside a building or even a house, as long as certain hygienic measures, sometimes drastic (but definitely worth it), are taken.

As an example, a grower who attempts to annihilate pathogens on their own by use of chemicals, might re-inforce the forever remaining few microorganisms in the grow area, and push them to mutate in order for them to survive. This might explain why many pesticides come with a disclaimer. Pathogens tend to respond in the same way they are addressed, as well. This could cause further problems to the immovable/building (and occupants).

It is however my opinion that both natural and synthetic pesticides could be used, both natural and artificial fertilizers could be used, because it is not what you are using that matters, but rather how you use it. A little bit of everything, but done and used the right way, using the right method.

We are Auxilium Naturalis, we specialize in Cannabis Monoculture Hygiene Methods and Innovations.

 

Salutations,

 

Alan

“I’m only going to grow 4 plants, is my house going to be ok?”

 

31 juillet 2017

Concerning Legalization and the 4 plants per person topic, starting July 1st 2018.

Four healthy, vascular plants such as Cannabis is more than enough to create a serious problem in a condo or house, especially when your plants love the growing conditions. In vascular plants such as Cannabis, up to 90% of water absorbed by the roots, goes back into the air.

Some people talk about machines that grow a plant for you. Sure they work. That’s a great solution if your intentions are to never learn anything about growing. The people that grow it outdoors in the summer to maximize yields, will probably want to grow it in the Canadian winters too, indoors, this time.

A short run of fast autoflowering plants can be done easily during this winter, from seed to finished product.

If certain mould and/or mildew spores decide they like the indoor environment, Anti-fungals, Fungicides and Fungistatics are there. It will help for some time until the moulds mutate and adapt. But using fungicides indoors in a dwelling environment is not the greatest idea.

It is also not a good idea for the fact that, starting July of 2018, with the huge selection of Cannabis that growers and homegrowers will produce, Pesticide & Fungicide laden Cannabis will fall right to the bottom of the list, where it belongs in my personal opinion.

 

Salutations to all,

 

Alan

© 2018 by Auxilium.
Opiates, Opioids, ‘High THC’ Strains: Drugs with a bad reputation. '

 

22 juillet 2017

When someone experiences severe pain, opiates and opioids including Fentanyl are necessary in some cases.

Another shocking example proving there are many uses both good and bad, concerning drugs in general, is when someone abuses Cocaine. Specialized surgeons require the same exact drug, Cocaine hydrochloride, to perform the nasobuccal operation a patient requires after continued abuse.

There is no such thing as a bad drug, it doesn’t exist. There is only bad use. A person has to understand that drugs, when used honestly and in good faith, are a good thing.

Even in the case where a person is using drugs illicitly, in my opinion, it may not mean immediately that the person is doing something wrong medically, as sometimes the illicit consumption of a drug can turn out to be prescribed by a physician, at exactly the same rate of consumption.

Misuse of drugs is very, very dangerous. There is always a chance you could have a violent reaction to any amount of compounds you would try. If a person sincerely knows they will try or abuse a drug, ask your pharmacist beforehand about the possible outcomes.

The same goes for Cannabis, if someone who has no tolerance, consumes high amounts of Cannabis, they are in for a rough ride, pure psychosis with heavy hallucinations and unbearable anxiety. And even though it is almost impossible for Cannabis to seriously harm someone on it’s own, during the psychosis episode, things can happen.

You can’t blame politicians, because they base their decisions upon the psychosis reports from the hospitals and etc. , who blame it on high amounts of THC in the bloodstream. Then the high THC strains are labelled. In my opinion, the opposite is unfavorable. Low compound strains, whether CBD or THC, etc. are worse in my opinion.

If you take high grade Cannabis and inhale a small amount, it’s much less harmful than having to smoke a half ounce of low THC Cannabis to obtain the same desired results.

There are a lot of other unhealthy compounds that come from the combustion of vegetal fibers, not only from Cannabis but from any plant including parsley.

Nobody is forcing anyone to pig out on potent Cannabis.

Not many people will be seeking out low-thc Cannabis with a barely noticeable effect, especially at the price it will be sold for, come July 1st 2018. Yet the provincial government already publicly stated many times over that low THC strains are a better option and less dangerous.

There is no bad drug, only misuse.

Stay logic,

Alan